Assurance auto : quelles influences des bonus et malus ?

L’hypothèse du bonus-malus oblige tout chauffeur de s’assurer. Un conducteur d’auto ne causant pas d’accident responsable profite d’un bonus. Par contre, s’il est responsable d’un ou de multiples accidents de la route, il sera pénalisé d’un malus. Pour en apprendre davantage, il est très important de découvrir ce qu’on entend précisément par ce système. Quels sinistres influent sur le coefficient bonus malus ? Et quels sont leurs impacts sur l’assurance auto ?

Qu’est-ce que le bonus-malus ?

Le bonus-malus, reconnu du nom de CRM ou même coefficient de réduction-majoration, s’intègre à un principe unique associé aux assurances en France. En quelques mots, un chauffeur qui n’effectue pas d’accident responsable profite d’un bonus. Dans le cas présent, sa prime d’assurance auto décroît.

Par ailleurs, en cas d’accident responsable, le défaillant se verra affecter un malus qui évaluera pour impact la majoration de sa prime d’assurance. Par année, le bonus-malus varie et entraîne des impacts au sujet du calcul de la prime d’assurance auto. Le bonus malus, que assuranceendirect.com offre, ou même le CRM offre la convenance de déterminer le niveau de conduite.

Quels sinistres influent sur le coefficient bonus-malus ?

Les sinistres qui ont une conséquence directe sur un coefficient bonus-malus sont de manière générale les incidents qui engagent le devoir de l’assuré, qu’il soit total ou partiel. Chaque sinistre responsable déclaré à l’assurance auto amènera à une majoration de près de 25 % du coefficient bonus-malus.

En outre, les sinistres comme vol, incendie et bris de glace ou encore accidents avec tiers responsable inconnu n’ont pas de conséquence directe sur le bonus-malus. Si un conducteur de véhicule déclare de nombreux bris de glace, tentatives de vols ou plusieurs vols dans la même année, certaines assurances auto malus seront appliquées à son contrat d’assurance.

Quels sont les impacts du malus sur l’assurance auto ?

Les conducteurs malussés doivent acquitter une prime d’assurance plus importante que la moyenne. C’est l’intensification du risque qu’ils représentent sur le chemin qui justifie cette augmentation. Au pis aller, l’assureur peut également résilier le contrat, s’il évalue le risque à couvrir trop élevé. Or, trouver une compagnie d’assurance véhicule après une résiliation peut se relever très compliqué.

Les assureurs peuvent aussi limiter les garanties d’assurance accessibles à l’assuré. De ce fait, il est fort possible que ce dernier ne puisse adhérer qu’à l’assurance au tiers, même intermédiaire, mais pas l’assurance à des garanties complémentaires ou l’assurance tous risques. 

Comment assurer temporairement sa voiture ?
J’ai beaucoup de malus : les assureurs habitation vont-ils vouloir de moi ?